Déchets : quand la terre veut nous mettre dehors!

Ou 5 choses qu’elle ne vous dit pas, mais qu’elle aimerait que vous sachiez!

La terre a une façon bien à elle de s’exprimer à l’égard de la manière dont nous la traitons : inondations et feux de forêts à répétition, réchauffement climatique dû aux gaz à effet de serre. Toutes ces conséquences sont le fruit de nos comportements de consommateur et des entreprises qui les encouragent.

La terre ne nous fera jamais venir dans son bureau pour nous dire de changer de comportement. Après tout, elle était là avant nous et le sera bien après. C’est pour notre avenir et celles de nos enfants qu’il est primordial de changer maintenant. Comment? En adoptant 5 petites règles toutes simples, mais qui peuvent avoir un gros impact si tout le monde s’y met, et cela même de façon imparfaite.

Refuser (apprendre à dire non)

Dites non à cette revue gratuite offerte à l’épicerie ou cet échantillon et autre article à usage unique emballé dans du plastique. Quand on accepte ces objets, on encourage la demande. Tous ces produits consomment des ressources et produisent trop de déchets inutiles.

Réduire (en as-tu vraiment besoin?)

Voici quelques pistes de solution pour réduire nos habitudes compulsives de consommation :

  • Toujours se poser la question : est-ce que j’en ai vraiment besoin?
  • Vérifier si le livre qu’on veut lire est disponible dans notre bibliothèque de quartier avant d’en acheter un neuf.
  • Magasiner dans les friperies pour les vêtements, article de vaisselle et autres objets de la vie courante
  • Louer ou emprunter les outils au lieu de les acheter.

Réutiliser (redonner vie aux déchets)

etalage en vrac de l epicerie loco zero dechets
Crédit photo : Christine D’Aoust

Magasiner dans une épicerie zéro déchet est une bonne façon de redonner vie à nos sacs et contenants réutilisables, qui autrement finiraient au dépotoir.  À l’épicerie LOCO à Verdun, tout est pensé dans ce but. Les denrées sont vendues en vrac (même les œufs). On y trouve une station avec balance, papier et crayon pour peser nos bocaux avant de les remplir de denrées. Si on a oublié nos contenant, LOCO nous permet même d’utiliser les leurs jusqu’à notre prochaine visite.                    

Recycler (quand on ne peut pas refuser, réduire ou réutiliser)

Recycler c’est bien beau, mais vous devez savoir que malgré nos efforts pour bien organiser nos déchets pour le bac de recyclage, une grande partie de ces déchets se retrouvent quand même au dépotoir. Pourquoi? Parce que des pays comme la Chine n’acceptent plus nos déchets comme avant et que le secteur de la récupération au Québec est un secteur sous-développé. C’est pourquoi il est urgent de s’impliquer politiquement afin d’exiger de nos gouvernements d’investir massivement dans les infrastructures nécessaires afin que le Québec devienne autonome en matière de gestion de déchets.

Composter (ce qui reste)

Contactez votre municipalité ou votre arrondissement pour connaître les modalités entourant la cueillette des résidus alimentaires. Si on est chanceux on a droit à la collecte porte à porte, on en profite! Sinon, il existe des composteurs communautaires dans certains quartiers. Pour ceux d’entre nous qui n’ont pas accès à un service de collecte, il reste la possibilité de faire son compostage soi-même, mais ça, c’est une toute autre histoire ou un blogue!

Au nom de la terre pour en savoir plus:

JOHNSON, Béa, Zéro déchet, Les Édition Transcontinental, Montréal, 2014

SIRY, Florence-Léa, La consommation dont vous êtes le z’héros, Les Éditions de l’Homme, Montréal, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *